L’Institut français de Suède présente, le lundi 7 juin de 18h00 à 19h30, son prochain webinaire sur le thème de la pollution importée ou « comment nos achats peuvent avoir des conséquences environnementales mais aussi sociales à l’autre bout de la planète ? ».

Des experts interviendront sur différentes thématiques :

  • Les matières premières agricoles et la déforestation importée. Michael Lathuillère du Stockholm Environment Institute présentera le projet Trase, un projet qui permet d’augmenter la transparence des chaînes d’approvisionnement des matières premières agricoles.
  • Les métaux et l’extraction minière. Patrick D’Hugues du BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières) présentera les conséquences de l’extraction de matériaux tels que le lithium ou le cuivre. Les notions de transferts d’impacts et de souveraineté associés à cette activité sous le prisme franco-suédois seront aussi abordées.
  • La fabrication de papier et la pollution marine. Alizée Lehoux, chercheuse à l’Université d’Uppsala, présentera la pollution marine et lacustre provoquée par les anciens rejets des usines de papier en Suède.
  • La production de coton et son impact social et environnemental. Cecilia Soler, maître de conférences à l’Université de Göteborg, parlera de l’impact social et environnemental de la production de coton en Inde.

 

Bienvenue au webinaire
« Ce que j’achète ici… quels impacts là bas ? »
le lundi 7 juin de 18h00 à 19h30.

Inscription ici : https://zoom.us

 

Découvrez nos intervenants :

Michael Lathuillière est un chercheur français du Stockholm Environment Institute (SEI Headquarters à Stockholm), et chef d’équipe de développement des données Trase. Trase est une initiative de SEI et Global Canopy (Oxford, GB) créée afin d’augmenter la transparence des chaines d’approvisionnement des matières premières agricoles. La plateforme de Trase (trase.earth) permet d’évaluer les liens entre la consommation globale des matières premières et la déforestation tropicale. Avant de se joindre à SEI, Michael a passé six ans au Brésil afin d’étudier les cycles de l’eau et du carbone dans le Pantanal, le Cerrado et en Amazonie.

 

Patrick d’Hugues est microbiologiste avec un diplôme d’ingénieur en biotechnologie et un doctorat en biotechnologie appliquée sur l’optimisation d’un procédé de biolixiviation en continu. Patrick rejoint le BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières) en 1999 et passe un certain temps en Ouganda sur la première usine industrielle produisant du cobalt en utilisant la technologie de biolixiviation. Patrick est responsable du programme scientifique « Ressources minérales et économie circulaire ». Il est en charge de la coordination des activités scientifiques concernant l’approvisionnement responsable et durable en matières premières (exploration, développement de procédés/recyclage, analyse du cycle de vie).

 

Alizée Lehoux est chercheuse à l’Université d’Uppsala. Tourangelle d’origine, elle obtient son doctorat sur le transport de nanoparticules dans les sols à l’Université de Paris-Est en 2016. Employée ensuite comme post doctorante à l’Université d’Uppsala en février 2017, elle travaille sur l’évaluation de l’efficacité d’une méthode de traitement sur des sédiments pollués très spéciaux provenant d’anciens déchets des usines de papier (avant leur interdiction en 1969). Ces sédiments se trouvent dans de nombreux pays, à proximité des usines de papier, et contiennent des polluants divers. Alizée participe à plusieurs projets en collaboration avec d’autres Universités suédoises et Instituts de recherche.

 

Cecilia Soler est maître de conférences à l’Université de Göteborg. Ses recherches sur la consommation durable portent sur la manière dont la culture de consommation et les pratiques marketing façonnent la consommation. Elle s’intéresse en particulier à la construction d’identités et du stress perçu par le consommateur. Son deuxième domaine d’intérêt concerne les certifications de durabilité dans les chaînes d’approvisionnement mondiales et la manière dont les certifications concurrentes influencent les échanges sur le marché mondial et ont simultanément un impact sur la protection de l’environnement et sur la justice sociale dans la production. Troisièmement, elle étudie les caractéristiques socio-matérielles de la consommation visant à réduire la pauvreté parmi les ménages urbains de subsistance en Inde.

 

 


Ce webinaire fait partie de notre série des « remue-meninges » : des groupes de discussion informelles, en français, ouverts à toutes les personnes francophones (chercheurs, doctorants, étudiants) qui souhaitent développer leurs capacités à présenter leur travail à un grand public (de votre future employeur à votre grand-mère).

Envie vous aussi de présenter votre travail de recherche en lien avec le sujet ? Vous êtes invités à faire une courte présentation de votre travail lors de notre webinaire. (Temps de présentation: 5 min)

Le remue-méninges sera enregistré et disponible sur notre site internet.