Popping, hip hop et house. Mélangez le tout et vous obtiendrez Linda Hayford. Originaire de Rennes, la danseuse, a fait du mariage des genres sa singularité. Dans “Shapeshifting”, elle crée un premier solo qui donne une claque. Elle sera en représentation les 11 et 12 mai à Dansens Hus (Stockholm). Avec le soutien de l’Institut français de Suède.

Un corps habité par un esprit animal

Dans “Shapeshifting”, Linda Hayford offre au spectateur une expérience unique. Son niveau technique et son aisance à faire fusionner le hip hop et la house illustrent la force de sa créativité. Son corps, habité par un esprit animal, donne vie à des formes et des figures d’un autre monde. Son charisme scénique envoûte et ne pouvait trouver de plus bel écrin que la musique d’Abraham Diallo. “Shapeshitfing” pousse le public à se questionner sur la métamorphose physique, impulsée par les émotions. La danseuse a mis au point une gestuelle inattendue et fait ressortir les états qui la traversent.

Au fil de sa carrière, Linda Hayford s’est imposée sur la scène internationale à l’occasion des plus grandes compétitions internationales (Juste-Debout, Funkinstylez, Pump up the battle, Urban clash…). Son talent l’a amenée à danser pour différentes compagnies. Dans le spectacle Roots, elle représentait la compagnie Engrenage (Rennes). Elle a également fait partie du collectif Groove Control, pour une création où se côtoyaient harmonieusement rap, djing, beatbox et danse. Linda Hayford a également intégré le collectif afro-house Paradox-sal, créé par Babson. 

Aujourd’hui, sous le nom de Cie Inside Out, elle développe ses propres projets, comme “Shapeshifting”.

En savoir plus : 
Spectacles les 11 et 12 mai à 18h.
Rendez-vous sur le site de Dansens Hus.
Consultez le site de la production Garde Robe.

Laisser un commentaire

Retour haut de page